Je vous sens. Vous êtes là.

Avec vos angoisses, vos maux

de ventre, le rêche de vos doigts,

vos frissons, vos coeurs dégonflés,

vos algues à la place des bras,

qui ne savent plus bien

empoigner, serrer, saisir.

Je vous vois, avec vos sourires

agrippés à la falaise,

vos yeux jamais vides, vos narines

qui palpitent et la peau qui est

rouge ou pâle, qui voudrait

se laisser caresser.

Je vous entends avec vos cris

à peine retenus, vos sarcasmes

tièdes et fatigués, vos mots

doux aussi, et vos murmures

dégoulinant d’envies.

Je prends tout.

Il y a tout ça qu’il faudrait que

ça coule, que ça gicle,

que ça saute, que ça inonde,

et que ça fasse des bulles.

Tout ça, que ça explose.

Et puis de la fumée.

                                                                   

Texte, 2019