Mémoire de Bachelor,

édhéa 2020, sous la direction

de Marie Velardi

Dans ce travail, inspirée par le mouvement et les textes écoféministes, je choisis de mettre en scène différents textes en mêlant approche scientifique et poétique, entremêlant différents types d’attention. J’ai commencé par me concentrer sur les eaux du Léman. L’eau est au centre des préoccupations écologiques. Après avoir lu plusieurs articles récents traitant de la pollution du Léman par les microplastiques et du risque d’appauvrissement des ressources en eau douce dû à la fonte des glaciers, je questionne mon regard sur ce lac devant lequel j’ai grandi et que je regarde tous les jours, mais finalement sans vraiment le connaître.

La nature totale et interconnectée de l’eau me pousse rapidement à faire de cet ouvrage non pas seulement une focalisaton sur le Léman mais bien une recherche autour de nos liens avec l’eau et ses écosystèmes apparentés, nos émotions, et la nature politique de ces liens. Perceptions sensibles, analyses scientifiques, approches artistiques, écrits philosophiques ou poétiques personnels ou empruntés à des auteuricexs dont les textes nourrissent ma recherche.

J’ai choisi d’entremêler différentes partie de textes, des vues sur le travail de Roni Horn ainsi que des images pour raconter une histoire non pas faite d’une seule voix, lisible en une seule chronologie figée, mais un récit multiple aux fragments interconnectés, laissant de l’espace aux propres émotions des lecteuricexs. 


Visionable en entier ici : https://issuu.com/sandrineg.grise/docs/watertowater